Mise à jour sur le brolucizumab

Le Prof. Stephan Michels, Clinique ophtalmologique de Zurich Ouest et Université de Zurich, a dressé un bilan sur le brolucizumab (Beovu®) en cas de DMLA néovasculaire, l’indication pour laquelle il est autorisé depuis cette année.

Le fragment d’anticorps monocaténaire (qui a été développé en Suisse !) peut être injecté dans l’œil à une dose molaire élevée. Cela signifie que davantage de sites de liaison pour le VEGF sont présents après l’injection et que l’on peut ainsi obtenir une durée d’action potentiellement plus longue. Dans les études pivot pour l’homologation, plus d’un patient sur deux a été traité pendant 48 semaines avec un intervalle de 12 semaines exclusivement. Sur 96 semaines, une baisse stable de l’épaisseur centrale de la rétine a été obtenue, ainsi qu’une amélioration durable de la vue. Le brolucizumab était tout d’abord autorisé aux USA. Jusqu’à la fin février 2020, environ 46’000 injections de brolucizumab avaient été réalisées aux USA, et 14 cas de vasculite ont été rapportés (mise à jour Beovu pour les membres de l’ASRS, 23 février 2020). L’intervenant est revenu plus en détail sur ce fait.

Selon le Prof. Michels, il est intéressant de noter que la caractéristique des effets indésirables ressemble à la vasculite rétinienne occlusive hémorragique (HORV), une complication rare survenant après l’administration intracamérale de vancomycine. Les vasculites et occlusions vasculaires rapportées sous brolucizumab évoluent de manière asymptomatique jusqu’à la perte visuelle grave; une inflammation intra-oculaire est toujours présente. Le diagnostic est posé en moyenne 30 jours après l’injection, les symptômes et l’évolution dans le temps sont cependant très variables. Les processus sont souvent progressifs et semblent se manifester plus fréquemment après les premières injections intra-vitréennes. Baumal et al. ont publié en septembre 2020 un avis d’expert relatif à la prise en charge de l’effet indésirable (Baumal CR, Bodaghi B, Singer M, et al. Expert Opinion on Management of Intraocular Inflammation, Retinal Vasculitis, and/or Vascular Occlusion after Brolucizumab Treatment. Ophthalmol Retina. 2020 Sep 29:S2468-6530(20)30400-0.).

Le Prof. Michels a livré des informations pour la prise en charge de patients sous traitement par brolucizumab [entre-temps, le SVRG a publié un avis: www.svrg.info/aktuell/]. Il est impératif que les patients soient informés de manière très détaillée sur le risque d’inflammation légère à très sévère et sur le risque d’une perte visuelle grave. Il faut demander aux patients de consulter en urgence en cas d’altération visuelle nouvelle. Le Prof. Michels recommande aux patients de subir un contrôle ophtalmologique toutes les 4 semaines (dans l’avis du SVRG: 2 – 5 semaines), avec vision, PIO, fond en mydriase, pour évaluer la périphérie, idéalement avec photo du fond. En cas de signes d’inflammation intra-oculaire, il est conseillé de procéder en outre à une angiographie par fluorescence à angle large, d’instaurer un traitement anti-inflammatoire approprié (agressif et précoce) et de renoncer à poursuivre le traitement avec le brolucizumab.

Actuellement, on ne sait pas encore clairement où se situe la cause de l’inflammation intra-oculaire. Lors du congrès de l’AAO en novembre 2020, il a cependant été confirmé que, pour les patients atteints d’inflammation intra-oculaire et/ou d’une occlusion dans les 12 mois avant le premier traitement par brolucizumab, il existe un risque accru d’inflammation intra-oculaire et/ou d’occlusion dans les 6 premiers mois du traitement par brolucizumab (Zarbin et al. Profiles and early outcomes of patients who initiated brolucizumab for neovascular [Wet] age-related macular degeneration [AMD] ; Registre IRIS et base de données Komodo, AAO 2020, 13 – 15 novembre 2020, présentation orale). La procédure pour le traitement optimal d’une inflammation intra-oculaire est décrite dans Baumal et al. 2020 (voir ci-dessus) Novartis a créé un think tank pour élucider ces questions.

L’algorithme de traitement personnel proposé par le Prof. Michels est le suivant : Pas d’utilisation du brolucizumab chez les patients avec vue monoculaire (cela correspond à la déclaration du SVRG), ni chez les patients qui étaient stables sous le médicament utilisé antérieurement, appliqué à des intervalles de 8 semaines, ou plus. Le Prof. Michels voit un point de controverse chez les patients qui sont stables sous traitement toutes les 4 – 6 semaines. En cas de perte visuelle progressive et d’œdème sous traitement toutes les 4 semaines, le brolucizumab est pour lui une option thérapeutique, cependant pas comme traitement de première intention, ni pour le traitement des deux yeux.

Vous trouverez ici l’avis du SVRG avec la récente mise à jour (16 décembre 2020).

AAO: Registre IRIS®

Lors de la réunion de l’AAO, un poster a été publié sur la base de données IRIS® de l’AAO avec des données portant sur plus de 12’000 patients traités par brolucizumab et sur le registre komodohealth (les deux en cas de DMLA humide). Le risque d’inflammation intra-oculaire et/ou d’occlusion vasculaire se situait, avec 2.4% au total, à un niveau comparable dans les deux registres. Le risque chez les femmes était deux fois plus élevé que chez les hommes. Le risque maximal a été observé chez les patients qui, dans les 12 mois avant le début du traitement, avaient subi une inflammation intra-oculaire ou une occlusion. Pour les hommes, le risque dans cette situation était multiplié par cinq, et pour les femmes, par onze.

Marco Zarbin, Guruprasad B, Justin Yu, Mrudula Glassberg, Helene Fevrier, Andrew LaPrise, Neetu Agashivala, Rishi P. Singh, Charles Wykoff, Mathew MacCumber. PO395 Profiles and Early Outcomes of Patients Who Initiated Brolucizumab for Neovascular (Wet) Age-related Macular Degeneration (AMD) in the IRIS® Registry and Komodo Database. American Academy of Ophthalmology® Annual Meeting, 13 - 15 November 2020, Virtual meeting.