Prise de position du SVRG concernant le traitement anti-VEGF durant la pandémie COVID-19

(19.03.2020) Le 16 mars 2020, le Conseil fédéral suisse a décrété l’ordonnance sur les mesures destinées à lutter contre le coronavirus COVID-19. L’article 10a stipule que les établissements de santé doivent renoncer à tous les traitements et interventions médicaux non urgents.

De l’avis du Comité directeur du SVRG, la plupart des thérapies avec anti-VEGF, notamment en cas de dégénérescence maculaire liée à l’âge, constituent des traitements urgents, étant donné que tout retard dans la mise en œuvre du traitement ou l’absence de traitement risque d’induire une perte de vision permanente. Le traitement doit donc être poursuivi.

Afin de minimiser le risque d’infection par le COVID-19 chez les patients faisant souvent partie du groupe à risque, le Comité directeur du SVRG préconise les mesures suivantes :

  • Aucune mesure diagnostique (OCT, examen du fond de l’œil, détermination de la vision etc.) dans le cas de thérapies déjà établies et d’une évolution subjectivement favorable
     
  • Poursuite des injections en se fixant sur le dernier intervalle de traitement chez les patients soumis à un protocole Treat and Extend
     
  • Poursuite des injections chez les patients en pro re nata selon l’intervalle le plus court des 6 derniers mois
     
  • En cas de nouvelle suspicion de CNV (néovascularisation choroïdale), procéder au diagnostic courant. Angiographie par fluorescence uniquement si le diagnostic n’est pas clair à l’OCT.
  • Afin de minimiser la durée des contacts dans l’établissement de santé, les rendez-vous ne doivent plus être donnés sur place, mais par téléphone.
     
  • Il convient de veiller strictement au respect des recommandations du Conseil fédéral en matière de «distanciation sociale». Les temps d’attente doivent notamment être réduits, et les salles d’attente doivent être aménagées de telle sorte que les distances ne puissent pas être inférieures à celles recommandées. Les accompagnants doivent attendre en-dehors de l’établissement de santé.
     
  • Utilisation des possibilités de télémédecine telles les consultations par téléphone pour l’anamnèse intermédiaire. Il est particulièrement important durant cette période d’auto-isolement forcé de ne pas laisser les patients seuls avec leur maladie et les angoisses qui y sont liées.
     
  • Utilisation de mesures d’auto-surveillance, telles que grille d’Amsler, test Alleye, etc.

Le Comité directeur du SVRG pense que les mesures préconisées ci-dessus contribueront, chez ce groupe de patients vulnérables, à préserver le très bon rapport bénéfice-risque du traitement anti-VEGF, et ce, même pendant la pandémie COVID-19.

Le Comité directeur du Swiss VitreoRetinal Group